Cette étude sur l’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France vient d'être publiée en mars 2014
Etudes, Portugal

Ces informations sont extraites de l’étude sur l’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France publié en mars 2014

 

Savez-vous combien dépense le gouvernement français en moyenne par étudiant ?

La dépense moyenne par étudiant s'élève à 11 740€. Ce coût est sensiblement différent selon les filières de formation : il varie de 10 940 euros en moyenne par an pour un étudiant d'université publique jusqu'à 15 020 euros pour un élève de CPGE (en classe préparatoire). Le différentiel s'explique en grande partie par le taux d'encadrement pédagogique.

Quelle est la place de la France dans les pays qui investissent le plus dans l’enseignement supérieur ?

En consacrant 1,5 % de son PIB en 2010 à l'enseignement supérieur, la France se situe un dixième de point au-dessous de la moyenne des pays de l'OCDE (1,6 %) et se positionne loin derrière les États-Unis (2,8 %), le Canada (2,7 %) et la Corée du Sud (2,6 %).

Combien d’étudiants étrangers sont inscrits dans l’enseignement supérieur français ?

À la rentrée 2012, 2 386 900 étudiants sont inscrits dans l'enseignement supérieur dont 289 300 étudiants étrangers( soit 12,1% d’étudiants étrangers).

Ils sont proportionnellement plus nombreux dans les cursus Master (18 %) et Doctorat (41 %) qu'en Licence (11 %). C'est dans les écoles de commerce, les universités (filières générales et de santé) et les écoles d'ingénieurs que l’augmentation du nombre d’étudiants étrangers est la plus forte.

 Depuis le début des années 2000, l'enseignement supérieur privé connaît la plus forte progression de ses effectifs étudiants (+ 50 % entre 2000 et 2012).

Les étudiants étrangers ont-ils plus de difficultés  à trouver un emploi à la sortie de leur diplôme ?

Cela dépend des filières. Malgré la crise, certaines filières ont des taux de chômage particulièrement bas : de 2 à 5 % pour les titulaires d'un DUT, d'un BTS ou d'une licence professionnelle, entre 2 et 4 % pour les sortants d'une école d'ingénieur ou de commerce et les titulaires d'un master.

Voir le focus de l’étude  sur l’insertion professionnelle

http://publication.enseignementsup-recherche.gouv.fr/eesr/7/EESR7_ES_21-l_insertion_professionnelle_des_diplomes_d_universite_master_dut_lp.php